All1

all1 est une association belge qui défend les intérêts des personnes vivant seules et qui supportent seules toutes les charges relatives au quotidien. 1 ménage belge sur 3 se compose aujourd’hui d’une seule personne. Dans les grandes villes comme Bruxelles, le ratio est de 1 pour 2. Au niveau politique, elles représentent un groupe encore trop peu visible. all1 souhaite changer cette inégalité.

Publicités

Est-ce tellement dramatique de rester célibataire?

Bella DePaulo singled outDepuis des années, les célibataires sont considérés comme des gens n’ayant pas réussi dans la vie. Plus particulièrement les personnes plus âgées qui n’ont pas encore de partenaire. Pour la société, leur échec fait pitié. La comparaison avec Bridget Jones n’est jamais très loin. Et ceci alors que le nombre de célibataires dans le monde entier ne fait qu’accroître. D’ici 2060, on s’attend à ce que la moitié des ménages belges se compose d’une personne. Dans le magazine “Vice” la Dr. Bella Depaulo, psychologue et auteure du livre “Singled Out” explique pourquoi c’est même mieux de rester seul.

Le deuxième titre de son livre est “Comment les célibataires qui sont stéréotypés, stigmatisés et ignorés  vivent tout de même une longue vie heureuse”. Ceci en dit long. Selon la scientifique américaine il y a un énorme manque d’études qui se focalisent sur les célibataires, sans pour autant entrer en comparaison avec les couples mariés.  Elle a trouvé plus de 800 études dans lesquelles les 2 groupes étaient à chaque fois comparés. Elle a donc décidé de mener elle-même sa propre enquête et son livre en est le résultat. Quelle est la conclusion qui saute le plus aux yeux ? Les gens mariés courent un plus grand risque de vivre isolés et plus en retrait que les personnes vivant seules. Elle n’y va pas par quatre chemins !

Les gens pensent que s’ils se marient ils seront plus heureux, plus en forme et vivront plus longtemps. Ils ont le sentiment d’avoir bien agi mais ceci n’est bien sur qu’une idée imposée par la société. Celui qui y croit voit les célibataires – surtout les célibataires heureux – comme une menace, sans toujours s’en rendre compte. Ces célibataires font tout le contraire des idées préconcues. Et comme il ne peut pas comprendre, cela l’énerve.

Parce que la vie de célibataire est tellement stigmatisée et stéréotypée, les célibataires pensent depuis des années qu’il y a un dysfonctionnement chez eux et ce même s’ils ne veulent pas de relation. C’est aussi la raison pour laquelle les gens restent en couple même si la relation est mauvaise pour surtout ne pas se retrouver seuls. Une situation qui en fait est mauvaise pour tout le monde. Les couples ne sont pas heureux dans leur relation et les célibataires ne sont pas heureux parce qu’on les regarde de travers.

Solitude

Selon Depaulo il y a eu beaucoup d’études sur la solitude mais principalement axées sur les aspects négatifs. Elle ne nie pas leur existence mais demande de ne pas regarder en sens unique. “Tout d’abord il y a des études récentes qui démontrent scientifiquement que la solitude favorise le développement personnel, la créativité et la détente. Il y a aussi pas mal de gens qui aiment être seuls, ils apprécient la solitude sans s’en soucier.

“Les chiffres démontrent que les célibataires ne sont pas à la recherche de simple plaisir. Ils font plus souvent du bénévolat, suivent des cours du soir et se préoccupent des personnes qui les entourent. Ils créent ainsi un lien plus fort avec leurs amis, la famille et les collègues que quelqu’un qui est dans une relation. Les couples sont plus focalisés l’un sur l’autre parce qu’ils pensent que cela fonctionne de la sorte. Des études ont montré qu’en théorie ils vivent plus isolés et plus en retrait que les célibataires. Et ce même s’ils ont des enfants.

Elle dit aussi que les célibataires sont plus ouverts à de nouvelles expériences autant au travail que dans la vie privée. Par cette ouverture d’esprit ils sont plus préparés aux changements que les gens en couple et ils se réalisent plus en tant que personne. Les personnes mariées portent des oeillères et vivent dans leur bulle, selon Depaulo.

Déterminer sa propre vie

Les couples doivent cesser de se comporter comme une unité indissociable et doivent adapter un comportement plus individualiste. Il est important que nous considérions tous la solitude non pas comme une menace mais bien comme une opportunité et que nous commencions à prendre la vie des célibataires au sérieux et de ne pas les considérer comme inférieurs. Ce sont souvent des gens qui vont au bout de leurs passions, qui profitent de tout et qui déterminent eux-mêmes qui sont les personnes importantes dans leur vie sans que tout se focalise sur le partenaire. Ils sont acteurs de leur vie. Alors quel est le problème ?

La région bruxelloise étudie le tourisme pour les personnes voyageant seules

BrusselCarla Dejonghe, députée bruxelloise, plaide pour une offre touristique accessible aux personnes voyageant seules à Bruxelles. Elle a interpellé le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, à ce sujet. Les voyageurs isolés sont encore souvent confrontés au fameux ‘supplément pour personne seule’, par lequel les tour-opérateurs ou les hôtels demandent un supplément aux personnes qui voyagent seules. Pour Dejonghe, également présidente de l’asbl all1, l’association pour les personnes isolées, c’est une tâche qui peut revenir à visit.brussels, l’agence bruxelloise pour le Tourisme, afin de sensibiliser le secteur hôtelier à ce propos et afin de développer une stratégie marketing spécifique, visant les voyageurs seuls.

Il ressort d’une étude de 2011 qu’environ 4 % des touristes interrogés à Bruxelles voyagent seuls. C’est moins que dans d’autres villes comme Gand (5,1 %), Anvers (5,5 %) et Bruges (6,1 %). Dejonghe: «Visit.brussels tente pour le moment de promouvoir Bruxelles auprès des familles, mais devraient aussi le faire envers les voyageurs seuls. Début 2018 sortiront les résultats d’une nouvelle étude. On pourrait déjà y chercher si la part de voyageurs seuls a augmenté en six ans ou pas. Quoiqu’il en soit, c’est un groupe de plus en plus grand duquel le secteur touristique bruxellois devrait mieux tenir compte. Bruxelles a, comme chaque typique ville de congrès d’ailleurs, l’avantage que beaucoup d’hôtels peuvent baisser leurs prix en haute saison, justement parce qu’ils se concentrent surtout sur le tourisme de congrès. C’est idéal pour les voyageurs seuls, à la recherche d’une chambre d’hôtel abordable.»

Différentes mesures

Dans sa réponse, le ministre-président souligne que visit.brussels est prêt à discuter avec le secteur de vacances abordables pour les personnes isolées. « Un bon début », pour Dejonghe, qui souhaite que visit.brussels travaille concrètement autour d’un certain nombre de points:

  • Continuer à étudier les seuils existants pour les voyageurs seuls pour choisir une visite à Bruxelles;
  • Sensibiliser le secteur touristique bruxellois (hôtels et tour-opérateurs) sur le supplément pour personne seule;
  • Aider à diffuser l’information sur l’offre touristique bruxelloise existante, déjà attractive pour les personnes isolées.

Le gouvernement fédéral est prêt à revoir la fiscalité des personnes vivant seules

Carla DejongheCarla Dejonghe, présidente de All1 asbl, se réjouit que le ministre fédéral des finances va revoir la politique fiscale envers les personnes seules. C’est ce que nous avons lu dans un article du journal ‘De Tijd‘.

A vrai dire, je ne m’attendais pas à ce que le gouvernement fédéral ait l’intention d’éliminer aussi vite les différences de taxes entre les personnes seules, les cohabitants et les personnes mariés”, explique Carla Dejonghe. “On a enfin compris que ce que le fisc appelle une ‘famille’ ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui. Je suis bien consciente que les choses ne changeront pas du jour au lendemain. Mais le fait que le ministre des finances déclare lui-même au ‘De Tijd’ que c’est sa tâche de réviser le système fiscal des 19ème et 20ème siècles et qu’il est prêt à détecter les discriminations et à les analyser et proposer des solutions nous donne de l’espoir. »

En 2060, un Belge sur deux sera veuf ou célibataire

FINAL DAY OF FILMING SEX AND THE CITY TV SHOW, NEW YORK, AMERICA - 04 FEB 2004D’ici 2060, la moitié des ménages belges seront composés d’une seule personne, selon les chiffres du Bureau du Plan, rapportés mardi par Het Nieuwsblad et De Standaard. Le Soir angle sur le fait que la population belge avoisinera les 13 millions de personnes à cet horizon.

En 2016, un ménage sur trois était composé d’une personne seule. « L’augmentation est attribuable à deux groupes », selon Dimitri Mortelmans, sociologue à l’université d’Anvers (UAntwerpen). « Il y a un vieillissement de la population. Autant les célibataires que les veufs ou veuves souhaitent plus longtemps rester indépendants à la maison. »

Lire la suite

Acheter en grande quantité ou en vrac

De 20 à 30 % en moyenne. C’est le surcoût des petits conditionnements de soda (cannettes), de riz (sachets cuisson) et de café (dosettes) constaté par Ecoconso, association qui promeut la consommation respectueuse de l’environnement.
«C’est loimg_2017gique : plus on emballe un produit, plus il coûte cher, explique Renaud De Bruyn, expert en alimentation chez Ecoconso. Pour profiter de meilleurs prix tout en évitant le gaspillage, nous préconisons deux solutions.
Un : acheter des produits alimentaires en plus grande quantité tout en s’organisant pour les consommer totalement. On peut, par exemple, liquider 500 g de yaourt en trois jours en en mangeant au petit-déjeuner et sous forme de sauce dans le repas du soir. Deux : recourir à l’achat en vrac, proposé par des enseignes spécialisées mais également par des grandes surfaces. C’est une excellente alternative aux portions emballées pour les fruits, les légumes, la charcuterie, les fromages ou encore les céréales.»

Julien Bosseler
Copyright © 2016 Rossel & Cie. 
link image 

Les célibataires, perdants sur les prix en supermarché

Les isolés payent certains produits alimentaires plus cher.
En cause : de petits conditionnements plus onéreux.
L’élu flamand appelle la grande distribution à un débat constructif.
C’est mal parti.

e-nummers-niet-vermelden-consument-gek-houden

Un cent supplémentaire pour une quantité doublée. Pour passer à côté de cette grande boîte (660 g) de petits pois-carottes, il faut être fou. Ou un célibataire qui souhaite éviter la gabegie de nourriture… En ces temps de pression sur le pouvoir d’achat et de chasse au gaspillage alimentaire, Rob Breenders, chef de groupe socialiste au parlement flamand, a multiplié les comparaisons entre petits et grands conditionnements de produits alimentaires. Œufs, lait, compote, pain, mayonnaise, margarine, salsifis, le député SP.A les a traqués dans les supermarchés. «Les petits conditionnements pensés pour les célibataires sont proportionnellement plus chers que les grandes quantités destinées aux familles. C’est discriminatoire alors que 20 % de la population vit seule. Pour ces isolés, c’est aussi une incitation à acheter plus que nécessaire, ce qui contribue au gaspillage alimentaire.»

Pour des raisons d’équité financière et de développement durable, Rob Breenders aimerait voir fondre le prix des produits en petits conditionnements. «Je n’imagine cependant pas les voir s’aligner en proportion sur ceux des emballages pour familles.» Le député a écrit à Comeos, la fédération de la grande distribution, pour l’appeler à un débat constructif sur la question.

Mais c’est de manière plutôt glaciale que le porte-parole des supermarchés a répondu à l’invitation de l’élu flamand. «Le commerce a consenti d’importants efforts pour répondre au changement de la composition des ménages. C’est la raison pour laquelle des portions adaptées ont été prévues pour rendre service aux clients, mais aussi pour éviter le gaspillage alimentaire, lit-on dans le communiqué de Comeos. Pour ce qui est des prix, tous les magasins sont bien entendu libres de suivre leur propre stratégie. Intervenir à ce niveau ou conclure des accords pour maintenir les prix bas en faveur des personnes seules, par exemple, serait totalement contraire aux règles économiques en vigueur.» Bref, il n’est pas possible de baisser les prix pour les célibataires…

Pourquoi ? «En ce qui concerne les portions préemballées, les coûts fixes représentent un élément important dans la détermination du prix. Il s’agit des frais d’étiquetage, d’emballage, de manutention et autres. Ces coûts fixes pèseront nettement plus dans le prix total lorsqu’il s’agit de petits conditionnements, explique Dominique Michel, patron de Comeos. Ce n’est pas neuf et c’est ainsi pour tous les produits. Le consommateur s’en sortira toujours à moindres coûts s’il achète de plus grandes quantités. Tel est également le cas pour les produits alimentaires préemballés.»

Cette réponse, qu’il qualifie d’ «agressive» ne satisfait pas le député Breenders. «Les arguments de Comeos me semblent trop faciles et manquent de clarté. Il faudrait plus de précisions sur les surcoûts d’emballage, de transport et de manutention. Des universitaires hollandais m’ont assuré que mes doutes étaient fondés. De plus, j’observe que les supermarchés diminuent leurs coûts en demandant à leurs clients d’effectuer de plus en plus de tâches. Prenez le pain : c’est au consommateur de le couper et de l’emballer.»

Ce n’est pas la première fois que l’élu socialiste s’émeut de possibles discriminations économiques touchant les célibataires. Il avait déjà prétendu que ceux-ci étaient perdants face à la facture d’eau et d’énergie. Depuis, il a entamé un combat pour que ces inégalités supposées cessent dans une société où la vie en solo progresse inexorablement. «C’est en lançant le débat sur l’énergie et l’eau que de nombreux Flamands m’ont interpellé à propos de la nourriture», relate le député qui ne s’est pas (encore) entretenu à ce sujet avec ses homologues francophones.

Julien Bosseler
Copyright © 2016 Rossel & Cie.

Proposition CD&V concernant la taxe sur les plus-values ne passe pas le test du ‘singles-réflexe’

Le Vice-premier ministre CD&V Kris Peeters a publié la proposition intégrale de son parti concernant la taxe sur les plus-values sur les actions et produits dérivés. « Une nouvelle exonération est créée dans la déclaration d’impôt à hauteur de 50.000 euro (doublée pour les partenaires en cas de déclaration commune) sur une période de 10 années d’imposition, pour les plus-values sur les actions et les produits dérivés. » All1 émet quelques réserves par rapport à cette proposition.

  • Vu leur situation financière, la plupart des personnes isolées ne rentre de toute façon pas en ligne de compte pour quelque exonération que ce soit, MAIS…
  • Les personnes vivant seules qui auraient plus de moyens et possèderaient bien des actions ne pourraient donc profiter que de la moitié de l’exonération dont les partenaires pourraient profiter.

Pour all1, ce genre de règles d’imposition doit disparaitre ! Les exonérations en matière d’impôts doivent être calculées par ménage. Pour nous, que ce ménage soit composée d’une personne, de cohabitants ou de personnes mariées ne peut pas avoir d’impact.

En 2015 encore, une personne vivant seule en Belgique reste la plus taxée

Le nouveau rapport OESO confirme à nouveau ce que nous savions depuis longtemps: les personnes vivant seules sans enfants en Belgique sont les plus taxées de tous les pays membres. Cette nouvelle a provoqué un tollé général parmi ce grand groupe, et celle-ci a été massivement partagée.

Notre pays reste également sur le podium concernant de nombreuses taxes. Il n’y a qu’en France où une famille avec deux enfants et un revenu moyen paie encore un peu plus d’impôts. Selon Michel Maus, fiscaliste, la charge salariale baissera progressivement dans les années à venir grâce au tax shift du gouvernement fédéral. C’est un fait que l’énorme pression fiscale diminue plus rapidement dans notre pays que dans la moyenne des pays OESO.

L’impôt sur les revenus des personnes vivant seules et des personnes qui cohabitent est, entre autres, dû à la quotité du revenu exempté d’impôts et le quotient conjugal. Une personne qui a des enfants ou d’autres personnes à charge bénéficie d’une quotité du revenu exempté d’impôts en plus. Une personne qui cohabite, par le biais du quotient conjugal, peut transférer jusqu’à 30% de ses revenus sur la déclaration d’impôts de son conjoint qui a peu ou pas de revenu pour ainsi se retrouver dans une tranche de revenu inférieure.

La fiscalité reste un domaine complexe qu’all1 souhaite approfondir. Les personnes vivant seules peuvent-elles agir pour être moins taxées? Quelles sont les implications fiscales lorsque l’on cohabite avec un ami? Quelle est la différence fiscale entre un parent seul ou un parent qui a la garde partagée ? Etc.

Veux-tu être mon ami « légal »?

VriendschapLa proposition de Jong Groen souhaite ancrer légalement une amitié, ce qui fait penser à la “famille sociale” pour laquelle CISA, l’association pour défendre les intérêts des personnes vivant seules, plaide aux Pays-Bas. CISA veut qu’un lien social existant entre amis bénéficie du même statut qu’un mariage ou une cohabitation légale. De cette façon, les Pays-Bas pourront évoluer vers une société moderne et solidaire qui ne sera plus organisée autour de la famille classique.

La proposition de Jong Groen plaide pour que de bons amis obtiennent les mêmes droits que les frères ou sœurs. On pense alors, entre autres, à un jour de congé accordé pour un mariage ou un enterrement, le droit à un crédit-temps pour soigner une personne malade ou le fait d’hériter à moindre frais. Notre société évolue et les liens d’amitié deviennent plus importants, dans certains cas plus importants que les liens familiaux. Le service d’études de Groen se penche actuellement sur le sujet.

L’Open Vld est du même avis et se réfère à cette proposition afin de la soumettre et d’en discuter prochainement au Parlement flamand. Cette note propose l’introduction d’un “engagement enregistré” dans lequel les personnes pourront préciser elles-mêmes quelles relations leurs sont plus chères et quelles conséquences elles souhaiteront y donner.